Il forma avec Natja Brunckhorst un des couples les plus célèbres de cette année 1981 lorsque sortit sur les écrans l'adaptation du biopique "Moi Christiane F. 13 ans droguée prostitutée". Vertigineuse descente dans l'enfer quotidien d'une adolescente prise dans le tourbillon de la drogue dans la grisaille du Berlin des années 80, le film se voulait une sorte de documentaire-réalité implacable sur tous ces adolescents perdus qui erraient à la Banhoff zoo, son hall de gare et son centre commercial, les toilettes publiques de Bulöw strasse, le Sound où se retrouvaient junkies, dealers et prostitués.
Moi Christiane F., le film, outre son aspect choc qui lui valut de très vite devenir un film culte à travers le monde, devait beaucoup à ses jeunes interprètes, tous non professionnels. Parmi eux, le couple vedette que formaient Christiane et son petit ami, Detlev, incarné par le jeune Thomas Haustein.
thomas_haustein_10.jpgthomas_haustein_11.jpg
Après avoir été les tristes héros de toute une génération sans passé ni futur, tous deux prirent des chemins différents. Si Natja continua une petite carrière tant au cinéma qu'au petit écran avant de s'adonner à l'écriture, Thomas allait quant à lui totalement disparaitre au grand désespoir de ses nombreux admirateurs qui durant quasiment 30 ans tentèrent de savoir ce qu'il était devenu. Pas même Natja comme elle l'avoue régulièrement lors des interviews qu'elle donne toujours aujourd'hui ne savait où Thomas se cachait, ne l'ayant jamais revu depuis la fin du tournage.
thomas_austein_4.jpgGrâce aux recherches de quelques fans invétérés durant toutes ces longues années, Thomas a récemment resurgi du néant dans lequel il s'était évaporé, touché par cette reconnaissance du public qui ne s'est jamais éteinte au fil du temps. A cette occasion Thomas a accepté avec grand plaisir de revenir sur les lieux du tournage mais surtout et avant tout sur cette expérience inoubliable que fut Moi Christiane F. .
A bientôt 45 ans, plus épanoui que jamais, il n'a rien perdu de ce charme qui autrefois en bouleversa plus d'un et d'une. Le Maniaco est fier de vous faire partager ces retrouvailles aussi inattendues qu'inespérées avec le toujours aussi juvénile et charmant Thomas Haustein.
thomas_haustein_8.jpgthomas_haustein_9.jpg
Thomas est né à Berlin en juin 1966. Alors jeune lycéen, il allait avoir 15 ans lorsqu'il fut choisi parmi plus de 2000 autres adolescents pour incarner Detlev, le jeune compagnon de Christiane. C'est la soeur du producteur Bernd Eichenberg qui le remarqua alors qu'il trainait au Sound, la boite branchée de Berlin où une partie du film fut tourné. Thomas était un habitué de ce lieu alors hautement réputé. Il avoue qu'il aimait le milieu étourdissant des nuits festives berlinoises et côtoyait régulièrement l'univers de la drogue sans pour autant avoir jamais été tenté par l'héroïne même s'il avait déjà essayé beaucoup d'autres choses.
Sans trop y croire au départ, Thomas fut pourtant retenu pour le rôle et durant six mois il incarna Detlev. Se glisser dans la peau du personnage ne fut guère difficile pour lui tant il avait l'habitude voir des junkies notamment au Sound. Mais il confesse surtout que ce rôle lui apporta beaucoup sur le plan personnel. Cela l'aida à grandir et à se développer, à découvrir d'autres milieux dont ceux de la punk music, de la subculture, du monde artistique.
Il avoue également avoir été très proche de la soeur de la vraie Stella, l'amie de Christiane dans le livre, avec qui il est sorti l'espace d'un temps lors du tournage. La jeune fille apparait d'ailleurs dans le film. Elle interprète la jeune fille qui lui vend de l'héroïne au Sound lors de la séquence d'ouverture.
thomas_haustein_12.jpgthomas_haustein13.jpgthomas_haustein_14.jpg
Si aujourd'hui certains des lieux où fut tourné le film ont été rénovés notamment la Banhoff zoo, toute l'équipe se retrouvait au milieu des junkies et prostitué(e)s qui envahissaient ces endroits. Thomas insiste sur le fait que rien n'était truqué hormis les scènes de shoot et de sevrage. L'ambiance était donc parfois très étrange. A son grand regret, certaines séquences qu'il aimait beaucoup n'ont pas été incluses dans le métrage final dont quelques scènes de shoot assez mouvementées tournées dans une maison en ruines prés du Mur.
thomas_austein_3.jpgLes scènes les plus difficiles furent pour Thomas celle où il fait l'amour avec Natja et celle où il se donne à un client. Plein de malice, il avoue qu'à 14 ans il n'avait jamais eu de relations sexuelles encore. C'était pour lui une grande première, une découverte qui le mettait quelque peu mal à l'aise.
Il connaissait évidemment encore moins le milieu gay et c'est avec grande attention que le réalisateur et son partenaire dans le film le mirent en confiance en lui montrant exactement ce qu'il devait faire lors cette douloureuse séquence qui clôturait son rôle.
Le look qu'arbore Thomas dans le film reste indissociable du personnage, touche définitive à sa beauté juvénile. Là encore, l'ex-comédien avoue que la plupart des vêtements qu'il portait pour le tournage était les siens. Peut être est ce là encore une des nombreuses raisons pour laquelle Thomas semble si naturel durant tout le film.
thomas_haustein_7.jpgthomas_haustein_5.jpg
En l'espace d'un seul film, il est devenu une sorte de figure emblématique de toute une génération qu'il toucha et émut. Criant de spontanéité, attendrissant dans sa maladresse, Thomas était l'incarnation même de l'ange des rues déchu. Sa beauté de jeune éphèbe, ce sourire qui éclairait ce visage par instant fermé, son regard à la fois plein de tendresse et rempli de désespoir en ont un fait un des personnages les plus émouvants du film dont le coté homo-érotique trouvait toute sa splendeur lors de certaines scènes. Adossé contre un mur en quête de clients, le regard fuyant, moulé dans ses skinny jeans et chaussé de bottines à talons ou dégoulinant de sueur alors qu'il arrache son T.shirt, uniquement vêtu de ses sous-vêtements lors d'un terrible sevrage, Thomas traine avec lui tout au long du film un étonnant pouvoir d'attraction quasi électrique. Il dégage un érotisme à la fois sauvage et morbide. Sa composition en est d'autant plus remarquable si on considère son jeune âge. Est ce alors surprenant si personne n'a oublié Thomas et qu'il continue aujourd'hui à jouir d'une telle popularité?
thomas_austein_5.jpgthomas_et_natja.jpg
Thomas n'a jamais revu ni Natja ni aucun de ses autres partenaires. Il ne sait pas pourquoi. C'est ainsi. Mais il aimerait beaucoup tous les revoir aujourd'hui, rêvant comme nous tous d'une grande réunion de toute l'équipe. Fort étonné de l'impact qu'a encore aujourd'hui Moi Christiane F. sur la jeunesse ainsi que l'attraction qu'exerce tous ces lieux tels que la Banhoff zoo, Thomas n'a pourtant pas à l'époque désiré continuer ce métier de comédien, trop critique envers lui même lorsqu'il visionna le film. Il préféra quitter ce milieu et poursuivre ses études.
Thomas vit toujours à Berlin. Il est aujourd'hui marié et père d'un garçon de 14 ans fier du passé d'acteur de son père même si Thomas n'en parle que rarement, encore moins dans son travail.
thomas_haustein_auj.jpgthomas_haustein_17.jpg
Très impliqué depuis son adolescence dans l'univers de la drogue, Thomas travaille depuis de longues années dans la prévention contre la drogue ainsi qu'en tant que conseiller psychologique pour jeunes toxicomanes. Son passé ne doit en effet ne pas prendre le pas sur ses difficiles fonctions afin qu'il puisse être crédible aux yeux de ses jeunes patients même si lorsqu'il dévoile qu'il fut Detlev, le seul, l'unique Detlev à l'écran les réactions sont toujours extrêmement chaleureuses et génèrent beaucoup de curiosité et de questions.
Si l'image de cet adolescent errant tel un zombi dans la faune désillusionnée berlinoise des années 80, restera ancrée en nous, nous sommes fiers que son interprète soit aujourd'hui un homme discret, heureux et dévoué à son prochain aussi à l'aise dans la vie qu'il le fut dans la peau de Detlev. Bravo Thomas, nous t'aimons encore plus pour cela.
Et si nous reformions cet inoubliable couple afin de les figer à jamais sur nos écrans de façon virtuelle en attendant un jour de réelles retrouvailles... C'est aussi ça la magie de la technique.
thomas_et_natja_2.jpgthomas_haustein_auj_2.jpgnatja_brunckhorst.jpg